Muret en pierres

Les sites de Brocéliande se visitant assez rapidement (environ quatre jours pour faire les choses tranquillement), il me restait donc 3 jours pour explorer d’autres lieux et contrées…

C’est ainsi que pour cette seconde partie du voyage, je vous emmène non pas dans les terres, mais bien du côté de l’océan, puisque nous avons roulé jusqu’à Vannes, l’île aux moines, le Mont St-Michel et Cancale.

Ces coins ne manquent pas de charme, pourtant, j’avoue que je ne m’y suis pas plue. J’ai toujours préféré la campagne à la mer. Mais aussi et surtout, Brocéliande est solitaire, sauvage, mystérieuse… Elle me ressemble. Tandis que les côtes sont plus touristiques, et je ne m’y suis pas sentie aussi à l’aise que je l’étais dans les sous-bois.

Pour cette première journée hors de Brocéliande, nous sommes allés du côté de Vannes. Une courte balade puisqu’il était déjà tard et que nous voulions embarquer pour explorer les îles alentours.

La ville ne manque pas de charme, entre les maisons à colombages, la cathédrale et un marché impressionnant, j’ai beaucoup aimé m’y balader. Je regrette un peu le temps qui nous pressait…

Le ciel commençant à s’assombrir, nous sommes vite aller prendre un bateau pour l’île aux Moines. Hormis le tarif prohibitif pour 3mn de traversée, l’île est vraiment très jolie, et j’ai beaucoup aimé la petite église du bourg.

Il y a du monde, mais les gens s’éparpillant, nous avons pu profiter d’une balade tranquille jusqu’à la pointe du Trech…

J’ai adoré flâner dans les petites rues, les fleurs colorant les vieux murets de pierres, la nature si verte et généreuse… J’avoue m’être mise à rêver face aux maisons et petits cottages discrètement lovés entre les arbres, et aux jardins aux milles couleurs…

Je crois que c’est ce que j’ai préféré sur cette île que je n’ai pas, malheureusement, eu le plaisir de découvrir plus en profondeur…
Il est facile de se perdre dans les petites ruelles qui n’en finissent plus, bordées de verdure et d’oiseaux piaillant.

Au détour d’une rue, entre deux maisons, on peut parfois apercevoir l’océan, comme pour nous rappeler que non, nous ne sommes pas à la campagne, mais bel et bien au bord de l’eau, à deux pas des vagues et de la marée qui descend…

muret en pierres

Nous sommes remontés jusqu’au bourg, longeant la mer et nous laissant simplement guider par le sentier et le doux bruissement des vagues.

Il faisait froid, nous avions mal aux pieds, malgré tout, l’endroit est de toute beauté.

Ruelle de l'île aux moines

Enfin, nous avons pris une matinée pour réaliser l’un de mes rêves… Voir le Mont Saint-Michel.

Rêve illusoire qui s’est quelque peu transformé en cauchemar, je dois bien l’avouer…

Arriver face au Mont fut un émerveillement indescriptible… Voir cette abbaye posée sur les rochers, faisant front à l’océan  et surplombant la baie, c’était à couper le souffle.

Mais ce site étant aussi l’un des plus beaux et des plus connus dans le monde, il est victime de son succès : des queues de touristes à n’en plus finir, des gens qui vous marchent dessus, vous bousculent… La rue est si étroite et si petite qu’il en devient difficile de circuler.

Nous avons également pu nous faire arnaquer par un homme au discours bien rôdé, faisant payer un prix exorbitant pour des visites de peu d’intérêt. Business is business, qu’importe l’endroit…

J’ai par contre aimé monter jusqu’en haut de l’abbaye, admirer la vue, c’était magnifique…

Mais encore une fois, le plaisir fut gâché par la horde de touristes… Profitant d’être là, j’ai voulu prier l’archange Michel, mon protecteur depuis tant d’années. Je me suis faufilée jusqu’au lieu de prières, petit espace un peu en retrait tandis que tout le reste est réservé à la visite. Il était demandé de ne pas faire de photos et de respecter les gens en prière, mais je n’ai malgré tout, pas pu me recueillir. Des touristes japonais s’étaient eux aussi glissés jusqu’à l’endroit, faisant semblant de prier à genoux, mais en réalité, prenant des photos et des selfies…

Bref, je suis repartie désenchantée, mais en même temps, avec une belle leçon : celle que la seule véritable église est dans le Coeur, pas dans des murs en pierres. Qu’importe d’aller se recueillir dans une abbaye dédiée à l’entité lumineuse que l’on aime tant, ou sur ses toilettes. Lui ne fait pas la différence, tant que dans notre Coeur, les choses sont dites dans l’Amour et avec Intention. Je me suis donc promis de ne plus me perdre dans ce genre de lubie…

Le soir, mon retour à Brocéliande fut un véritable soulagement… Oui, décidément, la côte et ses merveilles sont un véritable enchantement pour les yeux… Mais de loin, je préfère les mystères et les beautés d’une forêt que je garderai à jamais dans mon Coeur… Brocéliande. C’est sûr, j’y reviendrai !

Je vous laisse en compagnie d’une vidéo retraçant la seconde et dernière partie de ce voyage ! Bon dépaysement…


Les autres articles de ce voyage :

Brocéliande – Partie 2

Marie Ribeill

Merci de partager ce texte en mentionnant la source (mon nom et le lien vers cet article)

photo-marie-ribeillJe propose des guidances et consultations individuelles. À travers les messages de vos guides, vous trouverez les clés justes et nécessaires pour retrouver clarté, confiance et courage. Un cadeau pour mieux se comprendre, travailler sur Soi et Oser la voie de l’épanouissement…

2 thoughts on “Mont St-Michel et petits détours bretons…

  1. Ahah, je pense que la paix, ils l'ont enfin quand les horaires sont à la fermeture ! lol J'ai croisé quelques soeurs par-ci par-là, et malgré le monde et le comportement parfois un peu étrange des touristes, à aucun moment je ne les ai vu perdre leur sourire… Elles évoluaient en toute discrétion, presque en s'excusant… Des anges !

Laisser un commentaire